Inès P. Kubler

  sculpture


 Photos : 1 - © Kunsthalle Basel ; 3 - © Cécile Hug ; 4 - © Kunsthalle Mulhouse ; 5 , 6 - © Illés Sarkantyu  


INTRODUCTION

Pendant plusieurs années je pratique le dessin, le collage ou la peinture sur papier, à la recherche toujours insatisfaite d'un terrain d'expression qui me soit propre. Ce terrain je le découvre enfin lors d'une expérience professionnelle forte au cabinet du Docteur Jean Pillet, spécialiste en prothèses médicales dont la troublante esthétique illusionniste les rend presque invisibles. Cette expérience est fondatrice, car c'est là "sur le tas", que je sculpte quelque chose pour la première fois ; et c'est là aussi que je rencontre mon matériau de prédilection : la cire, dont la nature de caméléon tantôt  fluide  ou   solide,   opaque   ou   translucide,

m'a   immédiatement  séduite.  Depuis,  mon  travail

se développe le plus souvent en volume, sous la forme de séries de sculptures/installations, et la cire est devenue un matériau indispensable, presque un fétiche.

          Le travail que je poursuis sonde la matérialité des objets. Guidée par leur fort pouvoir d'évocation, je les manipule, laissant volontiers la place à l'accident. Je coule la cire, y  agglomère divers matériaux, grave ou teinte certaines surfaces... en lutte parfois avec la volonté de l'objet qui me contrecarre. Par ce processus qui peut s'apparenter à  un collage, je  tente de mettre au jour des aspects

de la personnalité des choses jusque là restés invisibles. L'objet se déploie hors des limites imposées par l'usage, pour se glisser dans une toute autre peau et de nouveaux champs d'interprétation. Le caractère transitoire de la cire en fait des objets incertains, passagers d'un monde qui ne l'est pas moins.



 

 

 

Actualité .....................................





 

MISE AU VERT

Exposition collective - Le Séchoir, Mulhouse.

 

Commissariat :  La double clique ( Thomas Roger et Trystan Zigmann )

 

Artistes :

Nicola Aramu, Paul Beranger, Yves Bingert, Elsa Broustet, Linda Caracciolo,

Michele Caranove, Bernard Tyrlik-Chéni, Virgile Debar, Pascale Klingelschmittt, Julie Knaebel, Inès P.Kubler, Pascal Masson, Sabine Mugnier, Justine Siret, Samuel Spreyz, Sandrine Stahl, Dominique Stutz, Davy Toussaint, Vortex,

Mei Yang.


"La nature n'est qu'un dictionnaire, répétait-il fréquemment. (...) Les peintres qui obéissent à l'imagination cherchent dans leur dictionnaire les éléments qui s'accommodent à leur conception; encore, en les ajustant avec un certain art,leur donnent-ils une physionomie toute nouvelle”. Eugène DELACROIX (via Baudelaire)
A l’heure du réchauffement planétaire et des enjeux climatiques, il est intéressant de se poser à nouveau la question de l’importance de la nature et particulièrement du monde végétal comme source d’inspiration de la création artistique. Comment aujourd’hui, dans un monde informatisé, connecté, une mise au vert des démarches artistiques peut se révéler pertinente pour dire cette nouvelle modernité?Il s’agira de répondre à cette question par une pièce, ou le résultat d’une démarche qui intègre dans son processus de création/réflexion la biosphère et ses constituants comme référent, outil, source ou élément.


Dans le cadre de cette exposition, sont présentés quelques éléments de mon œuvre évolutive Les porteurs d'eau .