Inès P. Kubler

     sculpture

           Photos :  1-La ville A des Arts, Paris © IP.Kubler ; 2-CAC La Traverse , Alfortville © Rachael Woodson - La Traverse ; 3-CEAAC, Strasbourg © IP.Kubler ; 4-Kunsthalle, Basel ©Philip Hänger 5-L'Atelier Blanc,

           Villefranche de Rouergue © Illés Sarkantyu ; 6-La Kunsthalle, Mulhouse © La Kunsthalle Mulhouse7-Vue d'atelier, Strasbourg © IP.Kubler

>> DEMARCHE 

 

A la recherche d'un terrain d'expression qui me soit propre, une piste s’amorce lors d'une expérience expérience professionnelle au sein du cabinet du Docteur Jean Pillet, spécialiste renommé en prothèses médicales. Leur esthétique très réaliste, proche du trompe-l'œil, les rend presque indécelables. Ce travail de précision aux enjeux émotionnels forts est fondateur : c'est là , sur le tas, que je sculpte quelque chose pour la première fois, et là aussi que je rencontre mon matériau de prédilection : la cire. Sa proximité avec la peau, sa nature de caméléon fluide, solide, opaque ou translucide, m'ont séduite immédiatement.  

 

Mes travaux portent une attention particulière aux objets fondus dans le décor de nos vies quotidiennes. Je les considère comme des vivants d'une autre nature. Comme nous, ils ont leurs histoires, entrent en relation, vieillissent et disparaissent. En les observant par le détail, je tente de percevoir les passions qui les animent. Considérer ces choses ordinaires sous l'angle de la sensibilité, me permet de créer entre elles et nous, une relation qui ne serait plus seulement utilitaire, mais de l'ordre d'un compagnonnage fécond. Mes travaux se développent en séries (sculptures, petites installations) qui sont à chaque fois un nouveau départ et un terrain d'expériences sur la matière. 

                     Vue d'atelier


La cire, élément récurrent, est employée dans un large spectre de possibilités : tour à tour colle, peau, chair, ornement, ou discret vernis…, elle communique à l'objet une singulière tiédeur qui le rapproche du vivant. Loin du surplomb habituel du socle, le format réduit de mes sculptures sollicite le spectateur au plus près, favorisant le rapport rare et intime du toucher.

 

Comme une échappée hors de mon univers en volume, je fais parfois un détour par des séries sur papier, un travail que j'affectionne car réalisé sur le vif, très librement, comme une forme d’écriture automatique. 

 

>> FORMATION

 

 

     - Communication visuelle / Académie Charpentier - Paris. 

 

     - Peinture décorative / Institut van der Kelen - Bruxelles

 

     - Architecture intérieure et Design / Académie Charpentier - Paris

 

 


Exerce différents métiers dont celui de sculpteur en prothèses médicales, une expérience fondatrice par la suite.
 

 


Vit et travaille à Strasbourg

 

 

 

 

 Forme en cuivre, souvenir de l'atelier

de fabrication de prothèses.