>> Les Pleurants

Quoi de plus invisible et et de plus neutre qu'un carreau blanc ? Et pourtant, ce matin là sous la douche, c'est bien des larmes, trace frappante et incontestable de l'émotion, qui semblaient sourdre de la faïence pâle. "Objets inanimés avez-vous donc une âme", ce vers de Lamartine usé jusqu'à la trame m'est instantanément revenu. Ce projet en cours est travaillé par l'idée que ce qui semble inerte est une forme discrète du vivant. Pour s'en convaincre, il suffit de plonger dans la matière à l'échelle de l'atome, lieu d'invisibles échanges d'énergies et de savantes combinaisons chimiques en mouvement perpétuel.

 

Cette œuvre comportera à terme deux groupes de 41 éléments, comme une version suprématiste et baroque des 41 pleurants qui ornent à parité depuis le XVème siècle, le tombeau de Philippe le Hardi, et celui que partagent son fils Jean sans peur et son épouse Marguerite de Bavière, premiers Ducs de Bourgogne.

 

Quarante-et-une pièces réalisées à l'heure actuelle.


1

2

 

 

 

     1 - Carré blanc sur fond blanc, Kasimir Malevitch,

          huile sur toile - 1918.

                MoMA, New York - D. R.

 

 

     2 - La Esperanza Macarena, attribuée à l'atelier de Pedro Roldan,
          pin et cyprès polychromes - vers 1680

          Basillique de La Macarena, Séville

             © Manuel Francisco Álvarez Ruiz